Dossier complet sur les peptides de cuivre (Copper peptides) pour la peau.

Mis à jour : févr. 7

Les peptides sont très utilisés dans les cosmétiques car ils sont capables d’imiter les signaux du cerveau envoyés à l’épiderme via des peptides naturels.


Il existe 4 types de peptides :

1. LES TRANSPORTEURS

Ceux qui délivrent des oligo-éléments à la peau.


2. LES STIMULANTS (Matrixyl)

Ceux qui stimulent le collagène et l'élastine.


3. LES RELAXANTS MUSCULAIRES (l'Argireline)

Ceux qui détendent les muscles / réduisent les rides.


4. LES INHIBITEURS

Ceux qui inhibent certains processus enzymatiques pour préserver le collagène ou inhiber le pigment.


Les peptides de cuivre font partie de la cette famille des peptides, ces petites molécules constituées d’acides aminés (= composants précurseurs des protéines). Les peptides de cuivre (ou GHK-Cu) sont un complexe cuivre-peptide que l’on trouve naturellement dans l’organisme humain, notamment dans certains de nos liquides corporels (plasma, salive et urine). Les peptides de cuivre utilisés en cosmétiques sont des répliques synthétiques. Ils ont été découverts en 1973 par le Dr Loren Pickart.


Au cours des 15 premières années de ses études sur les peptides de cuivre, le Dr Loren Pickart a découvert qu’ils aidaient à la cicatrisation des plaies et qu’ils avaient des propriétés anti-inflammatoires. Ses travaux ont abouti au gel hydratant Iamin, un traitement topique aux États-Unis pour traiter les plaies aiguës et chroniques.


Une particularité de ces peptides de cuivre : leur jolie couleur bleu royal comme sur la photo avec la marque Niod.


Pourquoi ajouter les peptides de cuivre à votre routine ?

Les peptides de cuivre possèdent des propriétés uniques d’aide à la cicatrisation des plaies. Ceux-ci stimulent en effet la dégradation du collagène trop large dans le tissu cicatriciel et booste ensuite la production d’un collagène plus sain pour une cicatrisation cutanée plus harmonieuse.


Ils ont aussi la propriété de stimuler la production de plusieurs ingrédients importants dans la préservation de la jeunesse de la peau comme par exemple, le collagène, l’élastine et les glycosaminoglycanes présents dans le derme et responsables du maintien de la fermeté cutanée.


Ils ont également des effets anti-inflammatoire et antioxydant importants.


Quelques études scientifiques prometteuses montrent que les peptides de cuivre peuvent: – améliorer l’élasticité, l’éclat et la fermeté de la peau, – réduire les rides et les ridules, – réduire les dommages causés par le soleil, – lisser la texture de la peau.


Ils peuvent aussi améliorer la croissance des cheveux en élargissant les follicules pileux (les plus gros follicules produisent des cheveux plus longs et plus épais).

Les peptides de cuivre ont fait l’objet de nombreuses études (in vitro pour la plupart), et la plus ancienne a été réalisée en 1988 sur plusieurs personnes et a comparé les résultats sur la production de collagène entre la vitamine C, la trétinoïne et les peptides de cuivre.


Après un mois utilisation de ces ingrédients, on a pu observer une augmentation de la production de collagène chez 70% des personnes ayant utilisé des peptides de cuivre, alors que ceux qui avaient utilisé de la vitamine C n’avait que 50% d’augmentation, et ceux avec la trétinoïne, 40%.


Une autre étude, la plus récente réalisée en 2018, a été en mesure d'établir que le peptide de cuivre (GHK-Cu) est capable de: - Ralentir les effets du vieillissement de la peau - Réparer les protéines protectrices de la barrière cutanée - Améliorer la fermeté, l'élasticité et la clarté de la peau - Réduire les ridules, la profondeur des rides et améliorer la structure de la peau âgée - Réduire les photodommages, l'hyperpigmentation, les tâches cutanées et les cicatrices - Améliorer l'apparence générale de la peau - Stimuler la cicatrisation des plaies - Protéger les cellules de la peau des rayons UV - Réduire l'inflammation et les dommages causés par les radicaux libres - Augmenter la croissance et l'épaisseur des cheveux, agrandir la taille du follicule pileux


Les peptides de cuivre sont donc des ingrédients anti-âge très prometteurs. Si on ajoute à cela leurs propriétés apaisantes, anti-oxydantes et anti-inflammatoires, il peut-être intéréssant de les incorporer à votre routine. Quel produit choisir ?


Exemples de produits :

- The Ordinary “Buffet” + Copper Peptides 1% :

Un sérum fermeté avec une formule ultra riche en ingrédients de soin anti-âge, hydratants et réparateurs: – de l’acide hyaluronique (plusieurs poids moléculaires), – plusieurs acides aminés réparateurs, – un probiotique apaisant, – plusieurs peptides anti-âge (Matrixyl, Argirelox…) – et 1% de peptides de cuivre.




NIOD Copper Amino Isolate Serum 2:1 (CAIS2) :

Sérum raffermissant à base de peptides de cuivre. Il aiderait la peau à garder un aspect plus ferme en boostant la synthèse de son collagène tout en stimulant ses fonctions de cicatrisation et il aurait également un effet

apaisant et anti-inflammatoire.

A l’achat, il se présente en 2 flacons: le Copper Amino Isolate Activator bottle qu’il faut mélanger dans la bouteille de Copper Amino Isolate Serum en agitant pendant 30 secondes. De cette façon, on est sûr d’avoir un traitement frais à l’emploi !


L’intérêt de ce produit est clairement sa haute concentration en peptides de cuivre : 2 % de peptides de cuivre purs dont 1 % sous forme libre.

En outre, il y a également d’autres peptides anti-âge dans la formule et de l’acide hyaluronique. Tout ça dans une texture ultra liquide comme de l’eau.



- le NIOD Copper Amino Isolate Lipid 1% (CAIL 1%) :

CAIL de NIOD est un baume gel huileux raffermissant sensé stimuler le volume et la densité de la peau.

En partant du principe qu’une peau jeune et saine maintient un équilibre idéal de glycosaminoglycanes (ou GAG, des molécules de soutien de la peau présentes dans la couche profonde de la peau), de protéines telles que le collagène et l’élastine, et de lipides présents à la surface de la peau, CAIL 1% a été conçu pour cibler tous les composants de la peau mentionnés ci-dessus afin d’améliorer son volume et sa résilience.


CAIL cible aussi bien la perte de volume/ de fermeté mais aussi la perte en éléments gras, essentiels à la bonne santé et à la jeunesse de la peau, et sans qui la peau a tendance à vieillir beaucoup plus vite. En effet, une peau qui se dessèche est une peau fragilisée et qui “ride” davantage.


La formule de CAIL contient une forme de peptides de cuivre particulier et propre à la marque: Il s’agit du Tripeptide-1 (Palmitoyl) Cuivre (concentré ici à 1%) qui agit en synergie pour restaurer et maintenir une apparence jeune de la peau. Le Palmitoyl-GHK-Cu est une version du GHK-Cu (celui dont j’ai parlé jusqu’à maintenant) avec un groupe palmitoyle attaché à la structure du peptide qui travaille à améliorer ses propriétés lipophiles pour une meilleure affinité avec la peau. Car oui, cette dernière adore le gras et le fait d’associer le GHK-Cu avec un corps gras comme le palmitoyle va l’aider à pénétrer plus en profondeur dans la couche cutanée.


La formule de CAIL contient également une sélection d’autres ingrédients tels que le vétiver zizanoïque, un complexe dihydrodiisoeugénol breveté, et une algue bleue (Aphanizomenon Aquaflo), qui agissent tous ensemble pour repulper et raffermir la peau. Il contient également de l‘huile de squalane, qui est très bien pour nourrir la peau sans la graisser.


Sa texture est un peu particulière : une sorte de gel huileux qui se transforme en huile au contact de la chaleur de la peau.

Un conseil d’application : un petit pois, c’est largement assez, et il faut bien masser et laisser absorber quelques minutes. Contrairement à ce qu’on pourrait croire avec sa texture au départ, il s’absorbe très bien et ne reste pas en surface de la peau.


Comment incorporer les peptides de cuivre dans ma routine de soin ?


Les peptides de cuivre ne s’associent pas bien avec les produits à base de vitamine C, les acides exfoliants, les rétinoïdes, les autres antioxydants.


L'idéal est de l'utiliser uniquement le soir. Après avoir nettoyé votre peau, vous pouvez appliquer votre sérum de peptides de cuivre. Ensuite, vous pouvez appliquer votre sérum d'acide hyaluronique, et enfin votre crème hydratante. C'est tout !


Vous pouvez suivre cette routine 1 jour sur deux. De cette manière, le jour suivant, vous pouvez appliquer votre rétinoïde, ou un acide selon vos besoins.


Concernant l'ordre des produits, un conseil, fiez-vous à la texture. Un sérum très liquide s'appliquera en premier.


Et attendez une ou 2 minutes avant d'appliquer un autre sérum ou un sérum d'acide hyaluonique par exemple.


Pour conclure, les peptides de cuivre sont clairement des ingrédients prometteurs et cela vaut le coup de les ajouter dans notre routine.


Pour finir, je vous donne un exemple d'une routine "anti-âge", pour une peau mixte à sèche, après nettoyage de la peau :


Matin

- Sérum à la Vitamine C + E + acide Ferulique (Timeless)

- Sérum d'Acide hyaluronique + Céramides (Paula's choice - Booster Acide hyaluronique)

- Crème hydratante (Fillmed 6HP ou Kora organics Soothing Moisturizer) + Huile jojoba/onagre (3 gouttes)

- Crème solaire SPF 50 (E-Youth SPF 50 Filorga, ou Paula's Choice SPF 50, ou Les laboratoires de Biarritz SPF 50).


Soir "avec rétinol" - 1 jour sur 2

- Rétinol (Airol Tretinoine 0.5mg - sur ordonnance)

- Sérum d'Acide hyaluronique + Céramides (Paula's choice - Booster Acide hyaluronique)

- Sérum antioxydant (Q10 + Peptides Matrixyl 3000 de Timeless), ou Peptide Booster de Paula's choice)

- Crème hydratante (Fillmed 6HP ou Kora organics Soothing Moisturizer) + Huile jojoba/onagre (3 gouttes)


Soir "sans rétinol" - 1 jour sur 2

- Copper peptides (CAID de Niod)

- Sérum d'Acide hyaluronique + Céramides (Paula's choice - Booster Acide hyaluronique)

- Crème hydratante (Fillmed B3 Niacinamide Crème apaisante ou Kora organics Soothing Moisturizer) + Huile jojoba/onagre (3 gouttes)



Références :

- https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3169264/

- https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6073405/

1. Pickart L. The human tri-peptide GHK and tissue remodeling. J. Biomater. Sci. Polym. Ed. 2008;19:969–988. doi: 10.1163/156856208784909435. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

2. Pickart L., Freedman J.H., Loker W.J., Peisach J., Perkins C.M., Stenkamp R.E., Weinstein B. Growth-modulating plasma tripeptide may function by facilitating copper uptake into cells. Nature. 1980;288:715–717. doi: 10.1038/288715a0. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

3. Lamb J. The Connectivity Map: A new tool for biomedical research. Nat. Rev. Cancer. 2007;7:54–60. doi: 10.1038/nrc2044. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

4. Pickart L., Vasquez-Soltero J.M., Margolina A. GHK and DNA: Resetting the human genome to health. BioMed Res. Int. 2014;2014:151479. doi: 10.1155/2014/151479. [PMC free article] [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

5. Kimoto E., Tanaka H., Gyotoku J., Morishige F., Pauling L. Enhancement of antitumor activity of ascorbate against Ehrlich ascites tumor cells by the copper: Glycylglycylhistidine complex. Cancer Res. 1983;43:824–828. [PubMed] [Google Scholar]

6. Pickart L. Ph.D. Thesis. University of California; San Francisco, CA, USA: 1973. A tripeptide in Human Serum That Promotes the Growth of Hepatoma Cells and the Survival of Normal Hepatocytes. [Google Scholar]

7. Maquart F.X., Pickart L., Laurent M., Gillery P., Monboisse J.C., Borel J.P. Stimulation of collagen synthesis in fibroblast cultures by the tripeptide-copper complex glycyl-l-histidyl-l-lysine-Cu2+ FEBS Lett. 1988;238:343–346. doi: 10.1016/0014-5793(88)80509-X. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

8. Siméon A., Wegrowski Y., Bontemps Y., Maquart F.X. Expression of glycosaminoglycans and small proteoglycans in wounds: Modulation by the tripeptide-copper complex glycyl-l-histidyl-l-lysine-Cu(2+) J. Investig. Dermatol. 2000;115:962–968. doi: 10.1046/j.1523-1747.2000.00166.x. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

9. Wegrowski Y., Maquart F.X., Borel J.P. Stimulation of sulfated glycosaminoglycan synthesis by the tripeptide-copper complex glycyl-l-histidyl-l-lysine-Cu2+ Life Sci. 1992;51:1049–1056. doi: 10.1016/0024-3205(92)90504-I. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

10. Siméon A., Monier F., Emonard H., Gillery P., Birembaut P., Hornebeck W., Maquart F.X. Expression and activation of matrix metalloproteinases in wounds: Modulation by the tripeptide-copper complex glycyl-l-histidyl-l-lysine-Cu2+ J. Investig. Dermatol. 1999;112:957–964. doi: 10.1046/j.1523-1747.1999.00606.x. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

11. Siméon A., Emonard H., Hornebeck W., Maquart F.X. The tripeptide-copper complex glycyl-l-histidyl-l-lysine-Cu2+ stimulates matrix metalloproteinase-2 expression by fibroblast cultures. Life Sci. 2000;22:57–65. doi: 10.1016/S0024-3205(00)00803-1. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

12. Huang P.J., Huang Y.C., Su M.F., Yang T.Y., Huang J.R., Jiang C.P. In vitro observations on the influence of copper peptide aids for the LED photoirradiation of fibroblast collagen synthesis. Photomed. Laser Surg. 2007;25:183–190. doi: 10.1089/pho.2007.2062. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

13. Kang Y.A., Choi H.R., Na J.I., Huh C.H., Kim M.J., Youn S.W., Kim K.H., Park K.C. Copper-GHK increases integrin expression and p63 positivity by keratinocytes. Arch. Dermatol. Res. 2009;301:301–306. doi: 10.1007/s00403-009-0942-x. [PubMed] [CrossRef] [Google Scholar]

14. Leyden J., Stephens T., Finkey M., Appa Y., Barkovic S. Skin Care Benefits of Copper Peptide Containing Facial Cream; Proceedings of the American Academy of Dermatology 60th Annual Meeting; New Orleans, LA, USA. 22–27 February 2002; p. 68. [Google Scholar]

15. Leyden J., Stephens T., Finkey M., Barkovic S. Skin Care Benefits of Copper Peptide Containing Eye Creams; Proceedings of the American Academy of Dermatology 60th Annual Meeting; New Orleans, LA, USA. 22–27 February 2002; p. 69. [Google Scholar]

16. Abdulghani A., Sherr A., Shirin S., Solodkina G., Tapia E., Wolf B., Gottlieb A.B. Effects of topical creams containing vitamin C, a copper-binding peptide cream and melatonin compared with tretinoin on the ultrastructure of normal skin—A pilot clinical, histologic, and ultrastructural study. Dis. Manag. Clin. Outcomes. 1998;1:136–141. doi: 10.1016/S1088-3371(98)00011-4. [CrossRef] [Google Scholar]

17. Finkley M., Appa Y., Bhandarkar S. Copper Peptide and Skin. In: Elsner P., Maibach H., editors. Cosmeceuticals and Active Cosmetics: Drugs vs. Cosmetics. Marcel Dekker; New York, NY, USA: 2005. pp. 549–563. [Google Scholar]

18. Krüger N., et al. Topische Applikation eines Kupfertripeptidkomplexes: Pilotstudie bei gealterter Haut. J. Dtsch. Dermatol. Ges. 2003;1 [Google Scholar]